La Villa Fantasque

La villa fantasque est une curieuse école, abritant de jeunes élèves de toutes les espèces magiques... Attention, cela risque de faire des étincelles!
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Il est possible de créer votre album personnel dans la Galerie du forum

Partagez | 
 

 L'Italie de Léandre Da Erces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eva la Magnifique

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 23
Localisation : En train de sautiller dans tous les sens, comme d'habitude

Feuille de Perso
Description: Description courte du physique et du caractère de votre personnage
Pouvoir: Votre pouvoir magique ici

MessageSujet: L'Italie de Léandre Da Erces   Dim 1 Mai - 20:17

[Bon, alors, le début, avant, je l’ai écris parce que j’étais prise d’une inspiration bizarre sur mon personnage. Vous pouvez donc sauter le premier paragraphe, c’est rien d’important, je l’ai écris parce que j’avais envie de parler de ma famille, comme ça Razz]

Eva inspira à fond. Elle était à Florence, sa ville natale, en Italie. Elle était partie quelques heures plus tôt pour récupérer l’élève Léandre Da Erces, mais en avait profité et était partie un jour prévu avant la date où elle devait récupérer Léandre pour revoir la ville de son enfance…
Elle déambula un moment dans les rues animées, rendue extatique par ce retour aux sources, interpellant vivement en italien les gens qu’elle reconnaissait, puis s’arrêta devant une petite maison à la façade blanche. Des fleurs poussaient dans un joyeux capharnaüm dans le petit jardin qui ceignait le devant de la maison, des tuiles roses saumon étaient décorées de gravure de poissons sur le toit, l’allée en pierre était couverte de mousse. Un inexplicable sentiment de paix s’en dégageait. La jeune fille toqua à la porte, et un bruit de cavalcade plus tard, une petite fille de huit ou neuf ans ouvrit :
-Sorellucce! Gazouilla-t-elle, ses yeux verts pétillants, avant de se jeter sur elle.
-May ! s’exclama Eva en attrapant la petite fille et la faisant tournoyer. Derrière elle, une femme aux épais cheveux châtains et à la peau bronzée l’accompagnait:
-Eva?! Ma chérie, mais qu’est ce que tu fais là ? interrogea-t-elle en l’embrassant.
-Salut Maman ! fit Eva en reposant sa petite sœur May. Derrière sa mère, son père Antonio et sa deuxième sœur Anastasia arrivaient, attirés par le grabuge.
Entourée de sa famille, Eva sourit. Elle se sentait enfin bien…
(Sorellucce serait l’équivalant de « Soeurette », en italien n_n)

*°*°*°*°*

Le lendemain

La jeune fille marchait dans Rome, à la recherche de l’adresse de Léandre. Elle passa une main dans ses cheveux courts et soupira. Elle n’avait jamais eu un sens de l’orientation très développé…
Elle ressortit de la poche de son jean le papier indiquant l’adresse du garçon. Le papier était froissé et déchiré, signifiant les nombreuses fois où elle l’avait manipulé.

« Croisement de "Via Cavour" avec "Via D. Annibaldi" Tout près du Colisée »

Bon.
Le Colisée était là, à quelques rues.
Inratable.
Elle avait même fini par trouver la Via Cavour !
Mais où était donc cette satanée Via degli Annibaldi ?!
Elle soupira et aurait bien shooté dans un caillou, si seulement, printemps oblige, elle n’avait pas de fines sandales. Comme quoi, aujourd’hui, elle était portée sur la malchance, car bien qu’italienne, elle ne connaissait que peu Rome, ou du moins, pas assez pour retrouver du premier coup cette fichue rue…
Elle s’assit, fatiguée, sur un muret de briques séparant deux bâtiments, cela faisait deux heures qu’elle marchait, elle était fourbue, le temps était bien trop chaud, et elle en aurait presque regretté d’avoir demandé à Yuki de s’occuper de Léandre, si son Italie ne lui avait pas tant manqué… Et puis ce garçon avait l’air très sympathique !
Ragaillardie, elle se releva, acheta un jus de fruit à un exubérant vendeur et se remis en route…

Une vingtaine de minutes plus tard

-LA ! s’écria-t-elle en pointant la rue tant désirée.

Quelques passants la regardèrent avec étonnement, mais elle n’y prêta guère attention et se précipita pour aller examiner les maisons jouxtant le croisement…
Car tout aussi contente qu’elle était d’avoir fini par trouver la maison, elle était quand même aussi très curieuse de voir à quoi ressemblait Léandre Da Erces…


Dernière édition par Eva la Magnifique le Dim 1 Mai - 22:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://la-villa-fantasque.forumactif.info
Léandre Da Erces

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 24
Localisation : Là où tu n'es pas

MessageSujet: Re: L'Italie de Léandre Da Erces   Dim 1 Mai - 22:30

Mais quelle belle journée! Le ciel dépourvu de nuages défilait au dessus des gens. Le soleil était à son point culminant, en haut à l’infini. Sa chaleur réchauffait le monde et ses rayons étaient comme un doux pinceau qui embellissait le monde. Le vent n’était qu’une faible brise qui caressait délicatement les arbres qui se balançaient lentement de droite à gauche et de gauche à droite comme si ils interprétaient une magnifique danse. Les fleurs irradiaient un parfum particulièrement doux qui magnifiait les sens des visiteurs. Les oiseaux chantaient de magnifiques balades qui berçait même le coeur de l'homme le plus triste de la planète dans une paix sans conteste. C’était une journée magnifique et parfaite.
Mais ce n'est pas cela ce qui nous intéresse aujourd'hui. On est ici pour étudier le jeune homme qui observait tout cela, assis à un banc, le long de la rue Via Cavour et qui ne faisait rien d'autre à part fixer le ciel. Son visage ne traduisait qu'un calme absolu. Il s'appelait Léandre, il avait 16 ans, et sans se vanter, il était beau. Il avait ce charisme des gens avantagés par la nature, comme si, baigné de soleil le jour de leur naissance, ils avaient depuis toujours gardé un peu de son éclat. Même ses cheveux, relativement fins, était dorés comme l'Astre jaune! Tout comme ses yeux d'ailleurs... En tout cas, c'était peut-être normal vu son petit problème à pouvoir changer la météo et contrôler le soleil à volonté.

En tout cas, Léandre, bien que calme et réfléchi, n'était pas vraiment le genre de mec à rester planté là, assis sur un banc, tout le long de la journée. Il s'épousseta légèrement le pantalon et se leva, pour entreprendre le chemin vers chez lui. Il y avait dans sa manière de se tenir, une élégance teintée d'innocence parfaitement orchestrée. Il saluait et souriait aux passants et il s'amusait à taper les pierres qu'il croisait sur son chemin. De l'extérieur, qui aurait pu croire qu'il possédait un étrange don? C'était un gamin comme tout les autres. Rien ne le perturbait dans sa marche, même pas le chien qui essayait de piquer le goûter à un enfant, quelques mètres plus loin. Rien n'aurait du le perturber, mais cette après-midi, le destin n'en avait pas voulu ainsi et obligea Léandre de lever la tête lors du croisement de la Via Cavour avec la Via D. Annibaldi. Une belle jeune fille, ni très grande ni trop petite, aux longs cheveux roux, déambulait, comme perdue dans ce monde, à la recherche de quelque chose. Léandre se reprit rapidement avant de déclencher une soudaine explosion de rayons de soleils autour de la jeune fille. Elle était marrante à observer les maisons unes par unes, à en approcher quelques unes, à en éviter quelques autres, s’arrêtant de temps en temps pour observer le bout de papier qu'elle tenait dans la main, comme si tout à coup il allait lui donner plus d'informations qu'il y a deux minutes. Léandre la regardait avec un sourire aux lèvres, de façon à faire croire des choses totalement tordus à quiconque passerait par là. Cependant, ne voulant pas la voir trop souffrir non plus, il s'approcha tranquillement d'elle.

- Mi scusi, dit-il en lui tapotant l'épaule. Non ho potuto evitare di vedere che sei un po 'perso. Posso aiutarla? (*)

Zut! Elle était peut-être étrangère... Et si elle ne comprenait pas l'italien?

- Are-you english maybe? Ou peut-être française? Milás elliniká? (**) Talar du svenska? (***) se dépêcha-t-il d'ajouter en récitant les langues qu'ils connaissaient même si les deux dernières, le grec et le suédois, n'était pas du tout son fort vu qu'il ne connaissait que deux ou trois phrase.

(*) Excusez-moi, je ne pouvais pas éviter de voir que vous êtes un peu "perdu. Puis-je vous aider?
(**) Parlez-vous le grec?
(***) Parlez-vous le suédois?


[Après avoir vu votre bon niveau de rédaction, j'ai voulu essayer de faire un peu plus élaboré! En espérant que ça vous plaise!]

Revenir en haut Aller en bas
Eva la Magnifique

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 23
Localisation : En train de sautiller dans tous les sens, comme d'habitude

Feuille de Perso
Description: Description courte du physique et du caractère de votre personnage
Pouvoir: Votre pouvoir magique ici

MessageSujet: Re: L'Italie de Léandre Da Erces   Lun 2 Mai - 18:03

[Mon niveau de rédaction? Vous me flattez... Smile Et c'est vraiment parfait, pas de problèmes!]


Eva cherchait désespérément la maison de Léandre, proférant mentalement des imprécations contre lui. Car ses indications étaient bien belles, mais elle ne savait toujours pas où il habitait. Et elle n’avait pas été assez maligne pour demander une photo, ou même des précisions. Aussi, elle regardait les maisons, espérant apercevoir n’importe quoi, un signe, un nom, un panneau, ou même une banderole clignotante lui indiquant laquelle était la bonne. Elle était presque résolue à attendre là qu’il se manifeste, quand soudain, une main se posa sur son épaule :
« -Mi scusi, non ho potuto evitare di vedere che sei un po 'perso. Posso aiutarla? Demanda un jeune homme. Eva se retourna et eut un petit sourire. Il devait avoir dans les dix-sept ans, de constitution fine. Des mèches dorées retombaient devant ses yeux, cachant leur couleur ambre, et un sourire jouait sur ses lèvres. En bref, il était foutrement bien foutu, et la jeune fille retint un sifflement appréciateur. Prenant son silence pour une incompréhension, il continua :
-Are-you english, maybe? Ou peut-être française? Milás elliniká? Talar du svenska?
Eva haussa un sourcil étonné. Cinq langues ? Et bien, on pouvait dire qu’il avait quelque chose dans le crâne. Elle avait vaguement reconnu le grec, mais se demandait bien ce qu’était la dernière langue…
-Italiano andrà bene !(*) répondit-elle, se doutant qu’il pouvait l’aider.
-Lei ha un leggero accento ... Francese? (**)
-Corretto! Sono anche italiano, ma io non sono tornato in paese per un lungo periodo di tempo ...(***) fit-elle, amusée.
Il sourit et dit avec enthousiasme, en français :
-Oh ! Je suis français aussi ! Par ma mère, précisément. Le monde est décidément bien petit…
Il ne paraissait pas le moins du monde gêné par le changement de langue, confirmant ce qu’Eva pensait tout à l’heure, et repris:
-Mais je manque à tout mes devoirs, mon nom est Léandre Da Erces, puis-je vous aider ?
Elle le fixa, la bouche très inélégamment ouverte, puis éclata de rire :
-Comme vous le disiez, le monde est vraiment petit ! Je suis Eva Bellini, professeur de la Villa Fantasque !



(*)L'italien ira très bien!
(**)Vous avez un léger accent… Française ?
(***) Exact ! Je suis aussi italienne, mais je ne suis pas revenue au pays depuis longtemps…
Revenir en haut Aller en bas
http://la-villa-fantasque.forumactif.info
Léandre Da Erces

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 24
Localisation : Là où tu n'es pas

MessageSujet: Re: L'Italie de Léandre Da Erces   Lun 2 Mai - 20:19

Alors comme ça, c'était décidément vrai « Le monde est petit ». Léandre utilisait toujours cette phrase mais il ne l'avait jamais vraiment cru. Ceci ne pouvait être autre que l'oeuvre du destin! Le jeune homme souriait devant une telle pensée. Il croyait au destin à présent? Il ne pouvait cependant pas dire que cette situation était une pure coïncidence de la vie. Il avait bien fallut qu'il se lève du banc à la minute exacte, qu'il lève la tête même en connaissant le chemin par coeur et qu'il ait l'envie d'approcher la jeune fille, pour que cette rencontre se produise.

Cela faisait au moins plusieurs minutes, qui n'était que quelques secondes dans la vie réelle, qu'il fixait Eva sans rien dire. Il devait vraiment avoir l'air bête. Mais que pouvait-il bien dire? « Oh! Mais quelle étrange destinée ». Si ils auraient été dans un dessin animé, une goutte typiquement manga aurait décoré le visage de Léandre. Malheureusement, il se trouvait dans la vraie vie et il ne pouvait plus faire attendre Eva, sous risque de perdre sa place à la Villa.

- Waouh! s'exclama-t-il sans trouver rien de mieux à dire. Je suis enchanté mademoiselle Bellini. Je ne vous imaginez pas du tout comme ça! J'imaginais quelqu'un de plus âgé à vrai dire.

Mais que...? Pourquoi avait-il dit cela? Eva le regardait déjà assez surpris par sa réponse.

- Je ne dit pas que je suis déçu par ce que je vois... À vrai dire, c'est plutôt le contraire mais...

Mais voyons! Il empirait tout! Ses mots s'emmêlaient et il rougissait de plus en plus, on aurait limite pu le confondre à une tomate.
De l'autre coté, Eva s'amusait comme une petite folle à voir l'italien embarrassé. Elle ne put le laisser souffrir trop longtemps, même si elle avait bien voulu faire durer son amusement, et l'arrêta dans ses paroles.

- C'est bon, ne t'inquiète pas, j'ai compris.

Léandre déglutit avec difficulté et passa sa main sur sa nuque, jouant nerveusement avec ses quelques mèches blondes qui passaient par là, geste très typique de l'embarras chez lui. Il voulait vraiment oublier cette conversation qu'ils venaient d'avoir et se décida donc de changer la conversation.

- Donc euh...., commença-t-il. Comme je vous ai et vous m'avez trouvé, je peux directement vous guidez chez moi, non?

Sans vraiment attendre de réponse, Léandre se mit en marche, la tête regardant le ciel, prenant soin d'éviter le regard d'Eva, qui devait encore être entrain de rire. De temps en temps, il regardait derrière pour voir si elle le suivait convenablement même si le trajet ne dura pas longtemps et qu'ils furent rapidement devant chez lui.

Un immeuble de pas plus de quatre étages s'étendait devant eux. Comme tout les immeubles de nos jours, celui-ci était plutôt moderne. Totalement rectangulaire, sans toit caractéristique des maisons et avec des balcons à chaque étage. Les murs était blanc et le rebord des vitres marron clair. Les fenêtres étaient grandes, recouvrant presque la totalité d'un étage.
Léandre lui fit un sourire avant de pénétrer dans l'immeuble, suivit de près par Eva. Il salua le gardien avec un « Buon Giorno » totalement normal et s'engouffra dans l’ascenseur. Ce trajet là fut très court, juste le temps préciser: « Je vis au troisième ». La bâtiment n'étant pas grand, il y avait un appartement par étage et les portes de l’ascenseur s'ouvrirent donc directement sur la porte d'entrée de chez Léandre, ce qui surprit Eva.

- Après vous, dit-il en l'invitant à rentrer, dans un geste typiquement gentleman.

[ Je vous laisse continuer, pour ne pas tout raconter moi-même. Si vous avez besoin de connaître la déco de l'appart, n'hésitez pas à me la demander par MP! ]

Revenir en haut Aller en bas
Eva la Magnifique

avatar

Messages : 36
Date d'inscription : 12/02/2011
Age : 23
Localisation : En train de sautiller dans tous les sens, comme d'habitude

Feuille de Perso
Description: Description courte du physique et du caractère de votre personnage
Pouvoir: Votre pouvoir magique ici

MessageSujet: Re: L'Italie de Léandre Da Erces   Sam 7 Mai - 18:27

Tandis que Léandre ramassait sa mâchoire, elle le regardait, spéculative. Il n’avait pas une mauvaise
tête, ce serait intéressant. Du moins, elle le pensait, l’habit ne fait pas le moine… Elle attendit quelques minutes qu’il se remette de son choc. ‘Je fais peur à ce point?’ pensa-t-elle, gentiment ironique.

-Waouh! Je suis enchanté mademoiselle Bellini. Je ne vous imaginais pas du tout comme ça! Je pensais à quelqu’un de plus âgé à vrai dire.

Elle le fixa, surprise, levant un sourcil. Elle avait craint que son âge ne joue en sa défaveur, c’est vrai. Mais elle portait très mal le tailleur et avait vite abandonné l’idée de se vieillir, un jean et un chemisier suffisait amplement! De plus, personne n’était très âgé, à la Villa Fantasque, et au final, la réaction de Léandre était normale…

-Je ne dis pas que je suis déçu de ce que je vois… A vrai dire, c’est plutôt le contraire mais…

Elle faillit s’étrangler de rire, ses pommettes rosissant légèrement sous le compliment. Ce garçon était vraiment trop… Gentil pour son propre bien. Les filles de la Villa n’en feraient qu’une bouchée!
A ce moment là, Eva sentait que les prochaines semaines à la villa allaient être hilarantes, avec un unique garçon au milieu de toutes ces filles… Elle le laissa se dépêtrer quelques instants, ses joues rouge tomates, puis elle abrégea:

-C’est bon, ne t’inquiète pas, j’ai compris…

Silence méditatif.

- Donc, euh, comme je vous ai et vous m'avez trouvé, je peux directement vous guidez chez moi, non?

Il partit devant, alors qu’elle pensait à faire cuire un œuf sur ses joues, puis le suivit, tout en constatant que malgré le fait qu’elle ne riait plus (enfin, intérieurement, mais ça, il ne pouvait pas le savoir), mais qu’il évitait toujours de parler. Quand ils arrivèrent devant l’immeuble, Léandre lui tint la porte, et Eva entra, camouflant son sourire. Elle avait été flattée et amusée de ses propos, mais regrettait néanmoins qu’il la croit cruelle au point de se moquer de lui de manière si sadique.
‘Je ne suis pas comme ça, enfin!

Quoique, en y réfléchissant…’
Secouant la tête, elle regarda autour d’elle. L’ascenseur donnait sur l’entrée, à gauche la cuisine, à droite les chambres, et en face le salon. Celui-ci était de taille raisonnable, lumineux et accueillant. Moderne mais pas trop, quelques magazines et DVD traînaient par terre, la télévision était allumée et diffusait en sourdine une série américaine.
Une mignonne tornade rousse et marron fusa dans les jambes d’Eva, qui se baissa pour la caresser.

-Mozart ! Laisse Mademoiselle Bellini tranquille ! fit Léandre, anxieux.

-Mais non, ne t’inquiète pas, il est adorable, et tu peux m’appeler Eva, s’amusa-t-elle.

Il lui fit un sourire crispé et l’invita à s’asseoir sur le canapé de cuir, et lui servit un rafraichissement, toujours en évitant son regard.

-Tu as fait tes valises ?

-Euh, oui, je dois juste emballer quelques petites choses… Vous voulez que je- il fut coupée en pleine phrase par l’index énervé d’Eva.

-Ah non ! Arrête de me vouvoyer, flûte ! Je me sens vieille, et tu viens de me dire le contraire. Tu te contredis sans cesse, comment veux tu que je ne t’embête pas?

-Euh… Vous, euh, non, tu… Enfin…

Elle retint le ricanement qui florissait.
‘En fait, si, je suis pire qu’une harpie…’

-Allez, je te taquine. Si tu me montrais tes pouvoirs? Et montre moi tout ce que tu sais faire, sinon, tu ne seras pas pris! Comme larbin, à la rigueur…

Il lui envoya un regard sceptique, mais l‘hésitation (ou la panique) se sentait clairement.
‘Vraiment, trop, trop facile… Dommage, vu son air, ça ne durera pas’
Eva n’était pas stupide, elle profitait allègrement du fait qu’il ne la connaissait que depuis cinq bonnes minutes et ne savait pas encore sur quel pied danser. Quoique, s’il continuait comme ça, ce serait un vrai délice…

-C’est vraiment trop facile avec toi! S’amusa-t-elle en lui faisant un clin d’œil pour pas qu’il ne le prenne mal. Allez, cette fois, j’arrête de t’embêter. Ou du moins j’essaie. Tu me montres tes pouvoirs, s’il te plaît?












[Hum, désolée pour le temps de réponse! J'ai perdu une partie du texte avec mes bêtises n_n" Et merci pour le schéma de l'appartement par MP! x) ]
Revenir en haut Aller en bas
http://la-villa-fantasque.forumactif.info
Léandre Da Erces

avatar

Messages : 15
Date d'inscription : 30/04/2011
Age : 24
Localisation : Là où tu n'es pas

MessageSujet: Re: L'Italie de Léandre Da Erces   Sam 14 Mai - 19:49


- C’est vraiment trop facile avec toi! S’amusa-t-elle en lui faisant un clin d’œil pour pas qu’il ne le prenne mal. Allez, cette fois, j’arrête de t’embêter. Ou du moins j’essaie. Tu me montres tes pouvoirs, s’il te plaît?

Amusante, farceuse, sympathique. Léandre allait définitivement bien s'entendre avec elle, même malgré qu'il soit sa cible en ce moment. Sa naïveté lui jouait sans arrêt des tours. Le jeune homme prit son chat dans ses bras, le caressant sans même s'en rendre compte, perdu dans sa petite bulle, oubliant totalement la pétition d'Eva. Cette dernière haussa un sourcil, se demandant si il le faisait exprès ou pas. Un simple « Aham.. » suffisait pour sortir Léandre de ses rêves.

- Désolé... Tu disais? demanda-t-il en lâchant Mozart.
- Tes pouvoirs s'il te plait?
- Ah oui! il jeta un coup d'oeil par la fenêtre. C'est mes voisins qui vont pas aimer... Mes que diable? C'est mon dernier jour, une de plus, une de moins, où est la différence? Dites-moi Eva, vous préférez la pluie, le tonnerre ou le vent?
- Euh... La pluie? répondit-elle, se demandant où il voulait en venir.

Léandre esquissa un sourire amusé vers la jeune fille. Sa mère n'aimait pas lorsqu'il traffiquait le ciel de cette façon mais elle ne pourrait plus le gronder de toute façon. Il déposa son regard sur le ciel et fixa le soleil. Si ce n'était pas impossible, on pourrait même penser qu'il lui parlait.
Soudain, l'éclat de ses rayons diminua, jusqu'à être entièrement recouvert pas des nuages gris remplis d'eau. Une douce pluie déferla sur la ville pendant ce beau jour de printemps, surprenant les passants en short. Les enfants, ravis, se jetèrent sur les flaques pendant que les plus vieux courait se mettre aux abris. Ce n'était pas une forte pluie mais c'était quand même pas fait pour les costumes et les robes.
Le jeune homme, coupable de ce crime, se retourna vers la jeune fille qui observait l'horizon surprise.

- C'est pas grand chose mais c'est ce que je peux faire, avoua-t-il en passant ses doigts sur sa nuque.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: L'Italie de Léandre Da Erces   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'Italie de Léandre Da Erces

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Gaggia MDF d'occas sur Ebay italie/cuisinart
» [chantournage] L comme Léandre
» bpz kinder joy asterix (italie)
» Pannetone pour les petits (Italie)
» grosse aubergine d'Italie farcie
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Villa Fantasque :: L'ENTREE DES NOUVEAUX :: Candidature :: Visites aux candidas-